canada goose discount uk Canada Goose Online Cheap Canada Goose Canada Goose Sale parajumpers jassen dames sale parajumpers dames canada goose jakke outlet

Promouvoir la santé mentale et prévenir la maladie mentale

Orientation stratégique #1 – sommaire

Par la promotion de la santé mentale et la prévention des maladies mentales, on peut faire en sorte qu’un plus grand nombre de personnes jouissent d’une bonne santé mentale et réduire le plus possible le nombre de celles qui ont une mauvaise santé mentale, présentent des symptômes de troubles mentaux ou de maladie mentale ou se suicident.

Une bonne santé mentale – bien se sentir, bien fonctionner et être résilient face aux défis de la vie – améliore la qualité de vie et est partie intégrante d’un bon état de santé et de bien-être mental, même en présence d’un trouble mental ou d’une maladie mentale[1]. Quand on améliore le bien-être mental au sein de la population, c’est toute la société qui en retire des bienfaits sur le plan social et économique[2].

En renforçant les facteurs de protection chez les individus (par exemple le sentiment d’appartenance, des rapports humains chaleureux, une bonne santé physique) et en atténuant les facteurs de risque (par exemple un traumatisme dans l’enfance et l’isolement social), on peut réduire l’apparition de certains troubles mentaux et de certaines maladies mentales, alléger les symptômes et les invalidités et favoriser le cheminement vers le rétablissement[3]. Les facteurs structurels et sociaux qui atténuent l’adversité et renforcent le sentiment de sécurité, comme un logement sûr et un revenu stable, sont aussi très importants.

Les données de recherche concernant les types de programme qui peuvent être efficaces ne cessent de se multiplier. Les meilleurs résultats en ce qui a trait à la promotion de la santé mentale, à la prévention des maladies mentales et à la prévention du suicide ont été obtenus au moyen de programmes qui ciblent des groupes particuliers (déterminés en fonction de l’âge ou d’autres critères) et de milieux précis (école, lieux de travail, famille). Ces programmes tiennent compte d’un ensemble de facteurs de risque et de protection, définissent des objectifs précis, aident les communautés à prendre des mesures et sont maintenus sur une longue période[4][5]
En traitant la santé mentale et la maladie mentale comme des enjeux de la vie quotidienne, il devient possible d’atteindre des objectifs plus grands comme l’amélioration des perspectives d’emploi et de la santé physique tout au long de la vie, la réussite scolaire et la réduction de la criminalité[6][7]. Pour y parvenir, il faudra travailler autant dans le cadre des services de santé et de santé mentale qu’à l’extérieur.

 

Priorités

  • Accroître la sensibilisation quant aux moyens de promouvoir la santé mentale, de prévenir le plus possible la maladie mentale et le suicide et de lutter contre la stigmatisation.
  • Faire en sorte que les familles, les aidants, les écoles, les établissements postsecondaires et les organismes communautaires puissent intervenir dès qu’un problème se manifeste et promouvoir efficacement la santé mentale des enfants en bas âge et des jeunes pour réduire le plus possible les cas de maladie mentale et de suicide.
  • Créer des milieux de travail propices au maintien d’une bonne santé mentale.
  • Faire en sorte que les aînés, les familles, les établissements de services et les communautés aient une plus grande capacité de promouvoir la santé mentale des aînés, de prévenir la maladie mentale et le suicide le plus possible et d’intervenir dès qu’un problème se manifeste.

Pour une version complète de cette orientation stratégique, incluant les recommandations d’action, téléchargez la stratégie

Références


[1] Provencher, H.L., et Keyes, C.L.M. (2011). Complete mental health recovery: Bridging mental illness and positive mental health.  Journal of Public Mental Health, 10 (1), p. 57–69.

[2] Kirkwood, T., Bond, J., May, C., McKeith, I. et Teh, M. (2008). Foresight mental capital and wellbeing project. Mental capital through life: Future challenges. Londres, R.-U. : The Government Office for Science. Consulté à l’adresse http://www.bis.gov.uk/assets/biscore/corporate/migratedD/ec_group/99-08-FO_on.

[3] Organisation mondiale de la Santé. (2004). Prevention of mental disorders: Effective interventions and policy options. Summary report. Consulté à l’adresse http://www.who.int/mental_health/evidence/en/prevention_of_mental_disorders_sr.pdf.

[4] Ibid.

[5] Organisation mondiale de la Santé. (2005). Promoting mental health: Concepts, emerging evidence, practice. Consulté à l’adresse http://www.who.int/mental_health/evidence/MH_Promotion_Book.pdf.

[6] Friedli, L.l. et Parsonage, M. (2009). Promoting mental health and preventing mental illness: The economic case for investment in Wales. Cardiff, Wales: All Wales Mental Health Promotion Network. Consulté à l’adresse http://www.publicmentalhealth.org/Documents/749/Promoting%20Mental%20Health%20Report%20(English).pdf.

[7] Seymour, L. et Gale, E. (2004). Literature and policy review for the joint inquiry into mental health and well-being in later life. Londres, R.-U. : mentality. Consulté à l’adresse http://www.seniorspolicylens.ca/Root/Materials/Litandpolicyreview-Fulltextofreport%5B1%5D.pdf.